Découverte d’un mégalithe (Oreye)

En 1943, le cultivateur LIBIOUL Joseph, de la rue de Saint-Trond à Oreye, et son ouvrier DEGREEF Hubert, déterrent un mégalithe dans la campagne d’Oreye, au lieu-dit « Bonneville ».

C’est une pierre en grès, haute de 1m70, large de 1m20 à sa base se retrécissant dans sa partie supérieure, d’une épaisseur de 25 à 30 centimètres. Son sommet est percé d’un trou.

Il s’agit d’un poteau indicateur place par les Celtes, au 5ème ou 6ème siècle ACN, pour indiquer une direction.

Cette pierre sera détruite, par ignorance ou manque d’intérêt.

 

Fermeture de la râperie (Hollogne-sur-Geer)

En janvier 2009, la râperie de Hollogne-sur-Geer doit fermer ses portes.

Elle a été fondée en 1865 et est devenue trop vétuste. Elle est jugée trop « énergivore » par la Raffinerie Tirlemontoise qui l’exploite. Elle employait une quinzaine d’ouvriers permanents, qui seront recasés sur d’autres sites du groupe. Elle employait également une quarantaine de saisonniers. Les agriculteurs de la région devront parcourir plus de kilomètres pour décharger leur stock de betteraves.

Une ferme de Berloz en 1905

En 1905, une ferme de la commune de Berloz se présente comme suit:

Etendue de l’exploitation

  • Terres de labour: 60 ha
  • Prairies: 11 ha
  • Vergers: 9 ha

Personnel familial

  • Le fermier, âgé de 52 ans
  • Sa soeur, âgée de 42 ans
  • Son frère, âgé de 40 ans

Personnel ouvrier

  • 4 ouvriers permanents. Ils gagnent en été 2 francs par jour et, en hiver, 1,5 franc par jour. Sur 300 jours ouvrables, ils travaillent 150 jours à la journée. Les 150 autres jours, ils travaillent en entreprise (récoltes, betteraves, battage, …) et se font ainsi un salaire approximatif de 3,50 francs par jour. Leur champ est labouré par le fermier, pour un montant de 20 francs par ans.

Domesticité

  • 3 domestiques et 1 vacher. Ils sont logés et nourris à la ferme. Ils gagnent chacun 400 francs par an.
  • 1 servante de ferme. Elle est logée et nourrie à la ferme. Elle gagne 300 francs par an.

Jean-Joseph Krains (Les Waleffes)

En 1862, KRAINS Jean-Joseph habite à Les Waleffes. Il est d’origine germanique. Son épouse est MATAR Thérèse, native de Couthuin.

Il est ouvrier agricole chez un riche propriétaire.

Henri Reckom, journalier (Waremme)

En 1763, RECKOM Henri est manouvrier à journée dans le quartier du Pont, à Waremme. Il est jeune homme (célibataire). Il est âgé de 49 ans.

Il habite avec:

  • RECKOM Ailid, sa soeur, travaillante à journée, âgée de 40 ans

Sébastien Sale, journalier (Waremme)

En 1763, SALE Sébastien est manouvrier à journée dans le quartier du Pont, à Waremme. Son épouse est SIMONET Marie, travaillante à journée.

 

François Humblet, journalier (Bleret)

En 1763, HUMBLET François est manouvrier à journée à Bleret, paroisse de Waremme. Son épouse est WARNOTTE Anne-Marie, travaillante à journée.

Il habite avec:

  • HUMBLET Marie-Joseph, sa fille, travaillante à journée, âgée de 27 ans
  • GELENNE Marie-Agnès, jeune fille (célibataire), travaillante à journée, âgée de 27 ans

Joseph Hartman, journalier (Mouhin – Waremme)

En 1763, HARTMAN Joseph est manouvrier à journée à Mouhin, quartier de Waremme. Son épouse est MATTHY Marie-Gertrud, travaillante à journée.

Il habite avec:

  • HARTMAN Herman, son père, veuf et impotent, autrefois cocher

Lambert Quitis, journalier (Petit-Axhe)

En 1763, QUITIS Lambert est manouvrier à journée sur le territoire de la paroisse de Petit-Axhe, à Waremme. Son épouse est JAMAR Catherine, travaillante à journée.